McCartney Bercy 2009 : compte-rendu écrit à l'époque sous le coup de l'émotion

RSS
Partager

15 oct. 2011, 18h14m

Vous savez, cette mélancolie que l'on ressent les lendemains des fêtes particulièrement réussies ? On est triste parce que c'est fini, et parce qu'il va falloir reprendre le cours normal de la vie. On est triste parce que c'était bien. Et bien c'est exactement cela que je ressens (aujourd'hui un peu moins qu'hier et sûrement plus que demain). En mille fois plus intense. La journée la plus intense de ma courte existence je crois. J'y suis allée avec mon père, ma mère et mon frère. On avait fait la même chose en 2003 (idem, 2 jours de congés/séchage de cours pour tout le monde^^) mais je n'avais que 14 ans et mon frère 12, donc ce n'était pas la même chose... même si j'en ai un souvenir absolument splendide, bien évidemment.

On est parti de Bordeaux vers 7h45. On a révisé les morceaux solo de Macca dans la voiture pour être au point^^. Arrivés à l'hôtel porte d'Orléans puis direct métro pour être devant Bercy un peu avant 15h. Comme on voyait personne au début en arrivant, les trois autres commencent à me faire des remarques^^ « Tu vois, Anna, c'était pas la peine... ». Moi : « C'est c'laaaaa oui... ». Résultat ils étaient 200 ou 300 devant nous quand on s'est mis dans la queue. Vers le début de l'attente, un monsieur qui était pas très bien dans sa tête est venu nous parler, nous dire que les mères de McCartney et de Lennon avaient un lien de parenté avec l'affreux maréchal Montgomery. Et aussi que McCartney n'avait pas écrit ses chansons... Bon, si tu le dis...

On commençait à avoir froid, surtout qu'on s'était couvert de façon minimale pour ne pas avoir à nous trimballer d'énormes manteaux une fois dans la salle... Bon calcul ?^^ Un peu devant nous, il y avait un type avec une guitare qui a joué quelques morceaux des Fab, on tendait l'oreille pour pouvoir chanter avec lui ce qui nous a passé un peu de temps. Je crois que le pire moment de l'attente a été après 18h, il commençait à faire très froid et comme c'était l'heure « fatidique » qu'on attendait depuis le début, quand on a vu que ça ne s'ouvrait pas, l'impatience s'est fait sentir.

On a fait partie des chanceux qui sont entrés en premier dans le « sas » avant la salle; On a chanté Something qui retentissait de l'autre côté de la porte. Mon père est bloqué en mode « Stuck inside this four walls... » (comprendre, il chante cette phrase de façon monomaniaque depuis le début de l'après-midi^^) ce qui est pour le coup assez adapté à la situation. À part ça, on s'est fait copieusement insultés (« vous êtes peut-être des adultes mais vous êtes stupides ! ») par un type de la sécurité qui devait avoir de légers problèmes psy...

On entre enfin on se met légèrement sur la gauche, et on s'émerveille d'être aussi près de la scène (beaucoup beaucoup plus qu'en 2003). Les bandes qui défilent sur les grands écrans placent l'atmosphère sous le signe de la nostalgie et les remix étaient géants (pas mal de trucs inédits non ?). J'avais eu la bonne idée d'apprendre à mon frère très récemment l'existence de chansons telles que Temporary secretary et Où est le soleil, ce qui nous a permis de les chanter à tue-tête. Contrairement à 2003, on n'a pas essayé de repérer les stars qui entraient dans la salle, exaspérés que l'on était de les voir débarquer après l'heure du début.

Et puis ça a commencé et j'ai cru défaillir. Bonsoir mon petit chou ! L'entrée est juste géniale, MMT/Drive my car/Jet, waow !! À certains moments, je sortais de ma transe et prenait le recul suffisant pour me dire « Putain, Anna, tu es en train de voir McCartney en concert là! Tu es à 15 mêtres de lui, tu chantes ses chansons avec lui ». Difficile de réaliser une telle chose... Heureusement, je ne prenais pas un recul suffisant cependant pour me dire « T'es complètement barje là, non ? ». Sûrement, mais on s'en fout ! C'était l'une des plus belles soirées de mon existence, et j'ai aimé tout, tout, tout sans exception.

Paul était en forme, sympa, drôle (je traduisais toutes ses petites anecdotes pour ma mère un peu moins anglophones que nous autres^^). Il semblait heureux d'être là. Ce qui m'a impressionné, c'est à quel point le concert était rock. Quelle set list, franchement ! Bien sûr je fais partie de ceux qui déplorent qu'il y ait si peu de morceaux solos, mais sur le moment, je l'ai trouvé bien faite cette set list, bien équilibrée, laissant pas mal de classiques Beatles incontournables pour la fin et laissant apprécier les autres (j'ai adoré Highway). De même, j'ai mis du temps à l'aimer mais I want to come home est définitivement sublime.

Blackbird / Here today / Dance tonight, c'était juste... grandiose. Je retire tout ce que j'ai pu dire sur Dance tonight et son côté un peu pépère. C'est un morceau qui marche. Mrs Vandelbilt et Ob-la-di, Ob-la-da ont tellement fonctionné (comme c'est génial d'être dans la fosse dans des moments comme ça !) qu'on se demande comment il n'a pas pensé à les faire avant. Sur Something, c'était tellement beau d'entendre toute la salle chanter d'une seule voix ! À la fin du morceau, il s'est tournée quelques secondes vers le portrait de George derrière lui, on aurait dit qu'il pleurait. A day in the life / Give peace a chance était très beau, bouleversant, même si je ne m'attendais pas à ce qu'il me sucre mon dernier couplet d'A day in the life^^. Enfin, je m'en suis remise.

J'ai adoré Band on the run, Day tripper, Paperback writer avec les chœurs supers, Live and let die avec les feux d'artifice et le mal aux oreilles qui en résulte. J'ai eu mal aux jambes aussi, mais je ne m'en suis aperçu qu'à la sortie. Enfin, difficile de parler de tout, j'ai tout aimé, toutes les chansons sans exception m'ont foutu une claque. Paul tient une forme d'enfer, c'est très impressionnant ! J'avais un peu oublié la set-list (yes!), et donc quand l'avant dernière chanson s'est révélée être Helter Skelter (le mec a 67 ans, et au bout de 33 chansons il fait Helter Skelter, quoi...), j'ai lâche un « Oh putain! » de circonstance.

J'ai un partiel de philo lundi, va falloir que je bosse tout le week-end, je ne sais pas si je vais en avoir la force. Je voudrais du temps pour me remettre d'avoir autant vécu. J'ai l'impression d'avoir pris 20 ans tellement je suis rincée. Je parle non seulement de fatigue physique (je remonte doucement la pente et retrouverai bientôt la forme de mon âge, du moins je l'espère) mais aussi et surtout de fatigue existentielle. Putain, après avoir vécu ça... j'ai même plus envie de voir un autre concert... à part le prochain de Macca évidemment ! Enfin, ça reviendra, mais là... Mon frère vient de m'envoyer un message : « À quoi bon vivre après avoir vécu ça ? ». C'est certainement exagéré mais c'est un peu ça... Il y d'autres trucs qui font que la vie vaut la peine d'être vécue^^, mais je commence à peine à me les rappeler. La musique en fait partie, voilà qui est sûr.

Hier soir, plus de 24h après, j'ai enfin pleuré, ce que je n'avais pas fait pendant le concert. Le contrecoup d'avoir atteint un tel sommet de bonheur, je crois. Merci Paulo, au revoir mon petit chou, et à la prochaine !

Commentaires

Ajouter un commentaire. Connectez-vous à Last.fm ou inscrivez-vous (c'est gratuit).