Vous devez choisir deux révisions pour pouvoir visualiser les différences entre elles.

Version actuelle (version 8, 1 jui. 2011, 14h27m)

C’est à Londres (Angleterre) durant l’été 2005 que se forme The Horrors, autour du chanteur Faris Badwan, du bassiste Tomethy Furse, du guitariste Joshua Von Grimm (futur Joshua Third, né Hayward), du batteur Coffin Joe et du claviériste Spider Webb. Très influencés par le , le , et le du début des années 1990 (The Jesus & Mary Chain, My Bloody Valentine), The Horrors commence à composer des chansons, énergiques mais sombres la plupart du temps… Le look du groupe (tous en noir, entre un Robert Smith et un Ian Curtis), l’attitude punk, leur son, sec, sale et violent, font de The Horrors les chouchous des petites salles de concerts de la région de Londres en 2006. Cette année là, le groupe sort un EP homonyme et les singles, « Sheena is a Parasite » (dont le clip est réalisé par le célèbre Chris Cunningham) et « Jack the Ripper », les font passer en radio et leur permettent d’élargir leur vivier de fans. Puis le premier album, Strange House, paraît en mars 2007. Emmené par le single « Gloves », l’album fait sensation dans la presse musicale britannique et propulse le groupe londonien dans la cour des « groupes qui vont compter ». The Horrors séduit car il propose une musique différente (moins édulcorée) de la plupart des groupes rock de sa génération : les similitudes avec Ian Curtis de Joy Division, The Cure, ou encore des groupes anglais du début des années 1990 comme My Bloody Valentine, suscitent un intérêt grandissant de la part de la critique et d’un certain public, souvent plus âgé que les membres du groupe, tous nés entre 1983 et 1987. Il faut attendre le 5 mai 2009 pour voir la sortie du deuxième album de The Horrors. Primary Coulours sort sur XL Recordings et est porté par un premier single intitulé « Sea Within a Sea ». Sur ce deuxième opus, The Horrors a encore durci le son, mélangeant post punk, shoegazing et garage, le tout produit par Geoff Barrow, Craig Silvey et Chris Cunningham. Dès sa sortie, l’album bénéficie de critiques toutes plus élogieuses les unes que les autres.