Biographie


Quand un jeune groupe fait ses débuts sur une étiquette majeure, il est normal d’avoir certaines attentes. C’est le cas avec la formation de metalcore montréalaise The Agonist, qui nous présente un premier effort intitulé Once Only Imagined via Century Media. Mais qu’est-ce que ce groupe peut-il bien avoir pour avoir retenu l’attention aussi rapidement? Il y a fort à croire que le fait d’avoir une chanteuse avec de l’attitude et de faire preuve d’engagement avec des paroles tantôt politiques, tantôt environnementalistes aident beaucoup à se démarquer. Avec beaucoup de choses à dire, leur fougue et le support d’une grosse étiquette, voyons si le quartet de Montréal aura su se nicher auprès des grands noms québécois.



Tout d’abord, dès les premières notes de « Rise And Fall », on a droit à un rythme saccadé typique au metalcore tel qu’on le connaît aujourd’hui. C’est lourd, efficace et très abrasif. On décèle même une certaine dose de chaos dans les arrangements de guitare, qui n’offre aucun doute sur la provenance du groupe. Il semble que les Québécois ont une certaine facilité avec les arrangements peu orthodoxes. Ce qui saute le plus au visage, où devrait-on dire, à la gorge, c’est la voix perçante de Alissa. Criarde enragée, elle alterne une voix typiquement hardcore à une voix chantée plutôt mélodieuse, sans entrer dans la plainte comme on l’entend parfois dans les groupes de ce style.



Once Only Imagined est un album comportant onze titres se chronométrant à près de 40 minutes. Même si toutes les chansons appartiennent au même créneau, l’album est toutefois assez varié. La diversité du vocal et un bon jeu de guitare font que le groupe peut nous guider à travers les onze pièces sans trop se répéter. Là où ça se gâte, c’est dans la section rythmique du groupe où il y a une carence évidente un niveau des percussions. Malgré les riffs accrocheurs, il semble qu’une batterie qui colle simplement à la guitare ne soit pas suffisante pour offrir aux chansons une ossature solide. Certains passages s’avèrent en fait très décevants à cet effet.



The Agonist a malgré tout un éventail de bonnes compositions qui méritent d’être écoutées. Le son de l’album est très cru et l’approche directe cadre bien avec le créneau du groupe. La première moitié de l’album est accrocheuse et passe très vite. Jusqu’à « Business Suits And Combat Boots », on a à faire à un metalcore efficace qui rentre au poste. À la deuxième demie cependant, il semble que certains éléments progressifs sont introduits de façon plus évidente. Bien que cela soit bien exécuté, il semble que les dernières pièces soient moins mémorables.



Once Only Imagined est un album de metalcore aux influences apparentes qui démontre tout de même assez d’originalité pour laisser un espoir de se démarquer. Donc, en terme de premier album, ça aurait pu être mieux, ça aurait pu être pire, espérons seulement que le groupe corrigera vite ses erreurs et reviendra avec des améliorations importantes au niveau de la section rythmique lors du prochain essai.

Modification faite par LowiMinh le 30 sept. 2007, 12h16m

Tous les textes fournis par les utilisateurs sur cette page tombent sous la Licence Creative Commons Attribution/Share-Alike.
Les textes peuvent aussi être régis par la Licence de documentation libre GNU.

Factbox

Composée d'infos mises en évidence dans le wiki.

Aucune information sur cet artiste

Vous voyez la version 1. Voir les anciennes versions, ou discuter de ce wiki.

Vous pouvez également consulter une liste de tous les derniers wikis modifiés.

Plus d'infos

Depuis d'autres sources.

Liens
Labels