Biographie

Jean-Jacques Perrey est un compositeur français né le 20 janvier 1929. C’est un pionnier de la musique électronique dont la carrière culmina aux États-Unis à la fin des années 1960.

En 1953, Jean-Jacques Perrey quitte la faculté de médecine de Paris après quatre années d’études. Il décide en effet de se tourner vers la musique, après avoir été impressionné par le potentiel de l’Ondioline, un tout nouvel orgue électronique à base de tubes à vide. Alors qu’il n’a jamais eu de véritable formation musicale (il était accordéoniste amateur), il apprend à jouer de l’Ondioline et réussit à se faire embaucher par Georges Jenny, son inventeur. Celui-ci recherche en effet un musicien pour faire des démonstrations de son produit.

Perrey commence ainsi à se produire un peu partout en Europe pour promouvoir l’Ondioline. Il finit par se faire connaître et accompagne notamment Charles Trenet et Édith Piaf en concert. Cette dernière lui fait enregistrer quelques-unes de ses compositions et lui recommande un producteur new-yorkais, Carroll Bratman. Celui-ci est enthousiasmé et l’invite aux États-Unis.

En mars 1960, Perrey arrive donc à New-York. Son personnage atypique, la nouveauté de l’Ondioline et le soutien de Bratman lui assurent un succès rapide. Bratman met à sa disposition un studio ultra-moderne qui lui permet de composer des indicatifs publicitaires (jingles) et diverses musiques d’accompagnement. Il sort de cette période un LP, The Happy Moog, en collaboration avec Harry Breuer. Il poursuit ses recherches en se créant des bibliothèques de samples, dont il tirera notamment une version du Vol du bourdon de Rimski-Korsakov, utilisant des enregistrements de vrais bourdons pour le thème.

En 1964, il rencontre le compositeur Gershon Kingsley (qui composera par la suite Popcorn, premier grand succès de musique électronique). Leur collaboration se concrétise par deux albums, The In Sound From Way Out et Kaleidoscopic Vibrations. Ce dernier contient le morceau « Baroque Hoedown » qui a été reprit par Disney en 1972 pour sa Main Street Electrical Parade. En 1968, il sort un nouvel album, The Amzing New Electronic Pop Sound of Jean-Jacques Perrey, puis Moog Indigo en 1970. Il rentre alors en France et se consacre essentiellement à des recherches en musique thérapeutique.

En 2003, avec son manager et ami David Fremery, il tourne sous les caméras de Mathias Ervyn (Mediadreams), le documentaire « D’une Ampoule à l’autre », qui sera le bonus du DVD souvenir de Disneyland Paris.

Il se produit régulièrement en concert et donne des conférences, essentiellement aux États-Unis. Un nouvel album, The Happy Electropop Music Machine, en collaboration avec Dana Countryman, qui sort en septembre 2006.

Modification faite par danorex le 3 nov. 2010, 19h57m

Tous les textes fournis par les utilisateurs sur cette page tombent sous la Licence Creative Commons Attribution/Share-Alike.
Les textes peuvent aussi être régis par la Licence de documentation libre GNU.

Factbox

Composée d'infos mises en évidence dans le wiki.

Aucune information sur cet artiste

Vous voyez la version 2. Voir les anciennes versions, ou discuter de ce wiki.

Vous pouvez également consulter une liste de tous les derniers wikis modifiés.

Plus d'infos

Depuis d'autres sources.

Liens