Biographie

Pascal Comelade est un pianiste et compositeur français d’expression catalane né le 30 juin 1955 à Montpellier.
Il a produit sous son nom une quarantaine d’albums de musique instrumentale depuis 1974, en auto-production et sur des labels comme « Les Disques du Soleil et de l’Acier »,Discmedi, Delabel / Virgin, Because, G3G… Il représente l’une des grandes figures de la scène perpignanaise d’expression catalane.
Après avoir vécu quelque années à Barcelone, il publie son premier album Fluences marqué par la musique électronique et par le groupe Heldon, conduit par son ami Richard Pinhas (qu’il retrouvera par la suite sur un morceau de Musiques pour films vol.2 puis sur la longueur d’un album entier: Oblique Sessions II). Comelade participe par ailleurs à un groupe pop de courte durée, les Fall of Saïgon, très influencé par les Young Marble Giants.
Par la suite, sa musique devient beaucoup plus acoustique et se caractérise par l’utilisation d’instruments-jouets autant en solo qu’avec son groupe à géométrie variable, le Bel Canto Orquestra. Si la rupture au niveau du son est évidente, il semble pour autant que cette nouvelle orientation tende à concilier la vieille obsession pour le musique répétitive, expérimentée jusqu’à présent via l’électronique, et une tendance plus mélodique, expérimentée au sein des Fall of Saigon. L’originalité de l’oeuvre de Pascal Comelade s’affiche entre autre dans sa manière de tenter une conciliation entre toutes les formes de la musique populaire sous l’angle de l’omniprésence en elle de la notion de répétition. Autant influencé par les répétitifs américains (P. Glass, Steve Reich) que par la musique traditionnelle (Sardane catalane, tango, musette), par le Krautrock (Faust, Can) que par le rock n’ roll (Pretty Things, Captain Beefheart, Kinks), Pascal Comelade tente d’en opérer une synthèse en mettant au jour la trame répétitive qui leur est commune, en particulier dans les innombrables reprises qu’il enregistre de ces artistes. Ce procédé est flagrant dans son disque « Haïkus de piano » (1991), qui se présente comme un résumé de la musique populaire du XXème siècle exécuté au piano (tantôt grand tantôt jouet). Les standards font l’objet de reprises excédant rarement les deux minutes, et réduits à leur trame mélodique ou rythmique la plus simple.
Il a collaboré avec de très nombreux chanteurs et musiciens issus de tous horizons comme Robert Wyatt, Dani, Faust, Miossec, Jaume Sisa, Toti Soler, Jac Berrocal, P.J. Harvey pour n’en citer que quelques-uns et pour mettre l’accent sur l’éclectisme du personnage. Ces collaborations témoignent encore une fois d’une volonté d’embrasser un spectre large de la musique populaire. Pourtant, dans l’évolution constante de son jeu de piano, qu’il développe notamment en concert, Pascal Comelade témoigne d’une recherche qui excède de beaucoup la simple compilation. Son jeu oscille entre une tendance sans cesse croissante vers la sobriété (évoquant de plus en plus Erik Satie) et une présence non feinte des interférences que le corps du musicien imprime à ce jeu (stress extrême suscité par les représentations en public, difficultés inhérentes au fait de jouer sur des instruments miniatures).

Modification faite par pitchorneirda le 22 jan. 2011, 16h34m

Tous les textes fournis par les utilisateurs sur cette page tombent sous la Licence Creative Commons Attribution/Share-Alike.
Les textes peuvent aussi être régis par la Licence de documentation libre GNU.

Factbox

Composée d'infos mises en évidence dans le wiki.

Aucune information sur cet artiste

Vous voyez la version 2. Voir les anciennes versions, ou discuter de ce wiki.

Vous pouvez également consulter une liste de tous les derniers wikis modifiés.