Biographie

Michel Polnareff est un chanteur français né à Nérac le 3 juillet 1944 dont la première partie de carrière s’est déroulée en France avant un exil aux États-Unis (Los Angeles). Michel Polnareff est né dans une famille d’artistes : sa mère, Simone Lane est danseuse et son père Leib Polnareff ou Léo Poll travaille avec Édith Piaf. Sa formation musicale est classique (piano, premier prix de conservatoire à 11 ans, guitare). Il commence sa carrière de musicien en jouant de la guitare dans la rue, plus précisément sur les marches du Sacré-Cœur. Michel Polnareff deviendra ainsi un beatnik, mouvement dont il sera l’un des principaux fondateurs en France. Il est fils unique.
Sa carrière débute en 1965 lorsqu’il gagne le prix Disco Revue. Son premier disque, La poupée qui fait non, est un succès. Il est suivi de Love me please love me qui le propulse au devant de la scène médiatique. Il y restera jusqu’en 1973 avec des titres tels Ame caline, Le bal des Laze, Tout tout pour ma chérie, Je suis un homme, Holidays, On ira tous au Paradis, date à laquelle des ennuis financiers l’obligent à s’exiler aux États-Unis d’Amérique : Bernard Seneau, l’homme qui gère ses comptes se rend coupable de détournement de fonds de 5,7 millions de francs. Michel Polnareff est ruiné et ne peut faire face aux remboursements demandés par le fisc concernant deux ans d’arriérés. Il poursuit aux États-Unis une carrière plus tranquille. Son titre Jesus for tonight rentre dans le Billboard américain ainsi que Lipstick en 1976, extrait de la BO du film, qui passait très régulièrement dans les boîtes de nuit. Entouré de musiciens et de chanteurs professionnels, il compose des titres qu’il interprète sur les scènes américaines ou européennes : Belgique en 1975. Son exil forcé ne l’a pas empêché de composer et ses albums ont un succès variable. Mais son album Bulles, en 1981, est celui qui s’est le plus vendu et qui lui a prouvé que le public ne l’a pas oublié. Il retourne en France en 1985 (où il restera pendant environ neuf ans) pour la sortie de son nouvel album Incognito qui ne sera pas un succès. Il enregistre ensuite l’album Kama Sutra qui sort en février 1990. En 1994, après beaucoup d’hésitation, il se fait opérer des yeux, atteints d’une cataracte avancée, pour éviter une cécité inéluctable sans intervention, par le docteur Alain Hagège. Il reprend alors la route des États-Unis en 1995 et s’installe dans un hôtel pour y préparer son retour sur scène au Roxy (dont est issu le fameux album Live at the Roxy). L’album est un succès et plusieurs extraits passent en radio. À cette occasion, la chaîne Canal+ lui consacra, en 1996, une émission reportage très soignée de plus d’une heure, intitulée À la recherche de Polnareff, dans laquelle Michel Polnareff apparaissait en tenue militaire, interviewé dans le désert par Michel Denisot. L’entrevue était suivie d’un mini-concert acoustique et chantant, jouant seul sur un piano posé à même le sable du désert californien. Le 12 mai 2006, est une date importante pour tous ses fans, Michel Polnareff annonce qu’il donnera une série de concerts au Palais omnisports de Paris-Bercy du 2 au 14 mars 2007. Les ventes importantes de billets en ligne, montrent à quel point l’artiste n’a rien perdu de son éclat.

Modification faite par TChou le 19 juin 2007, 11h52m

Tous les textes fournis par les utilisateurs sur cette page tombent sous la Licence Creative Commons Attribution/Share-Alike.
Les textes peuvent aussi être régis par la Licence de documentation libre GNU.

Factbox

Composée d'infos mises en évidence dans le wiki.

Aucune information sur cet artiste

Vous voyez la version 1. Voir les anciennes versions, ou discuter de ce wiki.

Vous pouvez également consulter une liste de tous les derniers wikis modifiés.