Leur nom provient d’un petit village au nord du Maroc, à 150 Km au sud de Tanger, où se perpétue depuis plus de 2000 ans une tradition musicale et magique basée sur les Rites de Pan. Leur art, auquel on attribue des vertus de guérison, est ancestral, et prend sa source dans les traditions de la Perse antique.

Lancinante et mystérieuse, la musique des Master Musicians of Jajouka est basée sur des modulations répétitives, fascinantes et inspirantes.

La reconnaissance mondiale des Maîtres Musiciens de Jajouka remonte au feu Brian Jones (The Rolling Stones), à travers sa collaboration de 1968 (présentée sur son disque Brian Jones presents : the pan pipes of Jajouka), mais aussi à Paul Bowles, Brion Gysin, et William S. Burroughs qui avaient déjà établi leurs résidences en compagnie de ces musiciens des montagnes du Rif.

Jajouka, son village et ses musiciens furent et demeurent une source d’inspiration inépuisable, voyant ainsi défiler les principaux protagonistes la Beat Generation, et de la musique jazz et rock, de Timothy Leary (le théoricien du LSD et le prophète du psychédélisme) à l’inventeur du free jazz Ornette Coleman, en passant par Archie Shepp, Peter Gabriel, ou Mick Jagger qui en 1989, se rend au Maroc pour enregistrer un titre avec les Master Musicians pour les besoins de l’album des Rolling Stones Steel Wheels.

À la fin des années 90, Bachir Attar s’installe un temps à New York où il rencontre et collabore avec des artistes aussi différents que les bruitistes Sonic Youth, le guitariste Arto Lindsay, et le célèbre bassiste Bill Laswell. Autant d’artistes prestigieux qui viendront aussi rendre visite aux musiciens dans leurs village des montagnes du Rif.

En juin 2009, le groupe joue avec Patti Smith et Flea des Red Hot Chili Peppers au Royal Festival Hall de Londres. La même année, leur album live Jajouka Live Vol. 1 est élu meilleur album de l’année 2009 par le magazine Wire dans la catégorie musiques du monde.

Entre Hadra (musique rituelle de guérison mentale invoquant l’intervention auprès du Saint fondateur du village Sidi Ahmed Sheikh), Boujeloudia (musique accompagnant les rites de fertilité de Boudjeloud, assimilable au Dieu Pan), Hamza oua Hamzine (musique traditionnelle rappelant le temps ou les musiciens de Jajouka jouaient devant le Roi ou les cours des Sultans avant les colonisations européennes) et Jibli (musique indissociable des fêtes du village), la musique de de l’album The Source témoigne de la force musicale et rituelle d’un art local influent et éternel.

Modification faite par aifol le 23 août 2011, 8h35m

Tous les textes fournis par les utilisateurs sur cette page tombent sous la Licence Creative Commons Attribution/Share-Alike.
Les textes peuvent aussi être régis par la Licence de documentation libre GNU.

Factbox

Composée d'infos mises en évidence dans le wiki.

Aucune information sur cet artiste

Vous voyez la version 2. Voir les anciennes versions, ou discuter de ce wiki.

Vous pouvez également consulter une liste de tous les derniers wikis modifiés.

Plus d'infos

Depuis d'autres sources.

Liens
Membres du groupe
Labels
Autres orthographes