Biographie

John Scofield, né le 26 décembre 1951 à Dayton (Ohio), est un guitariste de jazz et compositeur américain.

Il passe son enfance dans le Connecticut, où il débute la guitare à l’âge de 11 ans. Grâce à l’aide d’un professeur de guitare, il est vite initié à Pat Martino, Jim Hall et Wes Montgomery. Mais, ce qui deviendra son style, le jazz-rock n’en est qu’à ses balbutiements, alors même que John vient d’atteindre sa majorité. Passionné par la guitare, doué de surcroît, on le retrouve (logiquement), quelques années plus tard, sur les bancs de la Berklee College of Music (1970-1973).

Scofield fait alors ses armes sous l’aile de jazzmen reconnus tels que Gerry Mulligan et Chet Baker. Avec ces deux derniers, il enregistre d’ailleurs un live au Carnegie Hall. Mais, comme il aime le faire remarquer, Scofield a vraiment débuté sa carrière au sein du groupe de Billy Cobham et George Duke. C’est le vrai commencement du jazz-rock : où des amateurs de rock viennent voir des jazzmen en concert ! Chose inouïe à l’époque.

Après deux ans de bons et loyaux services, le groupe se sépare. Scofield reste à New York. Il se découvre alors un intéręt pour la guitare acoustique. En 1977, il enregistre avec Charles Mingus, avant de rejoindre le « Gary Burton quartet » puis le « Dave Liebman’s quintet ».

Mais c’est Miles Davis qui va vraiment le propulser. À partir de 1982, poussé par la fibre du funky jazz, John accompagnera le maître pendant trois années, en studio et sur scène à travers le monde.

Toujours avide de découvertes, il quitte Miles pour rejoindre Dennis Chambers (batteur) et Gary Grainger (bassiste) pour développer davantage la fusion jazz-funk, jusqu’à un revirement en 1989. John signe chez Blue Note Records et part à l’exploration du swing. Il retrouve alors son camarade de classe de la Berklee, le saxophoniste Joe Lovano. Ils enregistreront trois albums, les plus jazz de sa carrière, selon Scofield. John travaillera aussi avec Charlie Haden et Jack DeJohnette, pour ne citer qu’eux. L’artiste évolue ensuite vers un jazz teinté de soul et de « New Orleans spirit », sous l’influence d’Eddie Harris, en vogue dans les années 60. Enfin et surtout, il accompagne la crème de la guitare jazz des années 90: Pat Metheny (I Can See You House From Here, 1994) et Bill Frisell.

En 1995, Scofield passe sur le label Verve Records. Sa liberté d’esprit et son ouverture musicale le poussent à chaque fois à jouer avec de nouvelles personnes et à fusionner d’autres genres au jazz pour essayer de se renouveler. Ce n’est donc pas un hasard si, tout au long de sa carrière, il a pu côtoyer les meilleurs jazzmen dont Chick Corea, Herbie Hancock, Billy Cobham, Jim Hall, et plus récemment Medeski Martin and Wood (un album commun est sorti en 2006). Pourtant, l’homme n’est pas qu’un simple fan de jazz. Il cite ses sources dans le blues « classique » (Albert King), mais aussi dans le rock des années 2000 (Tom Morello)…

Éclectique et ouvert d’esprit, tel est Scofield : un guitariste qui a su se forger son style à force d’improvisation jazz et de fusion avec le rock, le funk ou la soul. Scofield a assez peu porté son attention sur sa technique instrumentale. Bien sûr, il demeure un guitariste remarquable, mais sa technique instrumentale pourrait l’handicaper lors de certains chorus, ce dont il a d’ailleurs fait part lors de masters classes[réf. nécessaire].

Modification faite par the_man-machine le 2 mai 2008, 7h25m

Tous les textes fournis par les utilisateurs sur cette page tombent sous la Licence Creative Commons Attribution/Share-Alike.
Les textes peuvent aussi être régis par la Licence de documentation libre GNU.

Factbox

Composée d'infos mises en évidence dans le wiki.

Aucune information sur cet artiste

Vous voyez la version 2. Voir les anciennes versions, ou discuter de ce wiki.

Vous pouvez également consulter une liste de tous les derniers wikis modifiés.