Biographie

Green Day est un trio de punk rock californien formé en 1989 et composé du guitariste et chanteur Billie Joe Armstrong, du bassiste Mike Dirnt et du batteur Tré Cool. À l’origine, le groupe fait partie de la scène punk à Berkeley en Californie. Ils accumulent les concerts et signent un contrat avec le label indépendant Lookout! chez reprise Records. Leur deuxieme album Kerplunk attire l’attention, et c’est ainsi qu’ils signent avec le label majeur Reprise Records en 1993. C’est ensuite qu’ils créent l’album Dookie en 1994 qui remporte un immense succès: le groupe devenant ainsi (à l’époque) « le plus grand groupe du monde ». Le groupe, avec d’autres tels que Rancid et The Offspring, est également crédité pour avoir relancé l’intérêt commercial du punk dans le monde entier, influencant des groupes comme Blink-182, Sum 41 et Good Charlotte. Le groupe poursuit avec les albums Insomniac, Nimrod et Warning entre 1995 et 2000. Ces albums n’atteignent pas le succès commercial de Dookie, mais se vendent tout de même relativement bien. En 2004, le groupe sort l’album American Idiot, qui devient un succès commercial et critique, popularisant le groupe à une nouvelle génération.

Green Day a vendu plus de 60 millions d’albums dans le monde entier, dont 22 millions aux États-Unis. Ils ont aussi récolté de nombreux prix, dont trois Grammy Awards pour Dookie, American Idiot et la chanson Boulevard Of Broken Dreams.


Les débuts modestes

À l’âge de 12 ans, Tré Cool devient membre du groupe The Lookouts. Leur album attire rapidement l’attention et le jeune Tré commence à se produire au club punk de Berkeley en Californie, 924 Gilman Street. De leur côté, Armstrong (17 ans) et Dirnt (17 ans) forment le groupe Sweet Children en 1989, avec Armstrong au chant et à la guitare et Dirnt à la basse et aux chœurs. Ils commencent à jouer en 1988 au Rod’s Hickory Pit à Rodeo en Californie. En 1989, les « Sweet Children » se renomment « Green Day » d’après le nom de leur premier album avec tré cool(Frank Edwin Wright,tré cool est né le jour ou quelquin a dit ce tip est très cool).

Grâce à leurs premières tournées aux Etats-Unis en 1988 et 1989, le groupe signe un contrat cette même année avec Lookout! Records, le label punk tenu par le meneur du groupe The Lookouts, Lawrence Livermore. Ils sortent par la même occasion leurs premiers maxis 1,000 Hours, Slappy et 39/Smooth en 1990, avec des chansons traitant principalement d’amour. Lawrence Livemore décrit l’un de leurs concerts comme digne d’un concert des « Beatles jouant au Shea Stadium ». L’année suivante (1991), ils produisent l’album 1,039/Smoothed Out Slappy Hours, une compilation de leurs 3 maxis. Al Sobrante quitte alors soudainement le groupe pour partir à l’université, et Tré Cool est engagé comme remplacant temporaire. Quand Armstrong et Dirnt s’aperçoivent que Al Sobrante n’a pas l’intention d’être un membre du groupe, il est remplacé définitivement par Tré Cool.

Ils retournent ensuite en studio pour produire leur deuxième album, Kerplunk, en 1992, qui vend 50 000 copies aux Etats-Unis, ce qui est considéré comme beaucoup pour un album punk indépendant de l’époque. Ceci attire l’attention de Reprise Records, et une série de tournées à domicile et en Europe plus tard, le groupe signe avec Reprise en avril 1993, quittant Lookout! amicalement.

Dookie et succès

La signature pour Reprise fait circuler de nombreuses critiques parmi les fans de punk qui accusent le groupe de trahison envers leur ancienne scène de punk indépendante. Armstrong déclarera plus tard qu’il « ne pouvait pas revenir a la scène punk, qu’il devienne le plus grand échec ou le plus grand succès ». Il est aussi considéré que ce difficile et brutal rejet influencera la carrière du groupe dans les années post-Dookie.

C’est donc qu’en février 1994, et enregistré en seulement 3 semaines, qu’ils sortent leur premier album chez Reprise: Dookie. Durant l’année 1994, les nombreux passages sur MTV des vidéos des singles Longview et Basket Case font de l’album et du groupe un succès, et cela relance le punk rock aux Etats-Unis avec l’aide des albums Smash de The Offspring, …And Out Come The Wolves de Rancid, Stranger Than Fiction de Bad Religion et Punk in Drublic de NOFX. Dookie a une telle popularité que cela propulse les ventes de leur précédent album Kerplunk, qui passe disque de platine aux Etats-Unis. Dookie traite de sujets comme l’anxiété (Basket Case), la masturbation et l’ennui (Longview), l’amour et la jalousie (Pulling Teeth, Chump), la bisexualité (Coming Clean) ou encore le passé du groupe (Welcome To Paradise). En ce qui concerne le titre de l’album, le groupe voulait le nommer Liquid Dookie (« Caca liquide ») au départ, mais cela paraissait trop obscène; et c’est donc qu’ils ont gardé Dookie.

Pendant l’été 1994, Green Day rejoint la liste des groupes sur les festivals de Lollapalooza et de Woodstock en 1994. Pendant le concert de Green Day à Woodstock se déroule une grande bataille de boue entre les membres du groupe et le public, ce qui fait exploser la notoriété du groupe, et dynamise les ventes de l’album. Pour l’anecdote, le bassiste Mike Dirnt perd des dents et se casse un bras dans la mêlée, se faisant plaquer par un garde de sécurité qui l’avait confondu avec une personne du public. Le dernier single When I Come Around aide l’album a se vendre a 10 millions d’exemplaires (disque de diamant) aux Etats-Unis et plus de 15 millions au monde. Trois des cinq singles tirés de Dookie atteignent la première place dans les charts (Longview, Basket Case, When I Come Around) alors que Welcome To Paradise atteint la 7e place et She atteint la 5e. L’album en lui-même atteint la 2e place, mais reste a ce jour l’album de punk rock le plus vendu de l’histoire. Dookie obtiendra aussi un Grammy Award (« Best Alternative Music Performance ») et collectionnera les bonnes critiques. Le magazine Rolling Stone classe l’album a la 193e place dans sa liste des 500 meilleurs albums de l’histoire et All Music Guide décrit Dookie comme « une pièce stellaire de punk moderne que beaucoup ont imité mais que personne n’a dépassé ». De plus, beaucoup de groupes déclareront avoir été influencés par l’album, dont Sum 41, Blink-182, New Found Glory, Good Charlotte, Simple Plan, Yellowcard et Something Corporate.

Insomniac

En 1995, ils enregistrent un single appelé J.A.R. (tiré de la bande son du film Angus) qui atteint directement la premiere place sur les charts aux US. Ils enchainenent avec l’album Insomniac qui apparait à l’automne de 1995. D’apres le groupe, l’album reflète la fatigue et l’anxiété qui règne au sein du groupe à cause de leurs concerts trop nombreux, et ce serait pour cela que Insomniac montre un son plus sombre que son prédécesseur. Ils traitent de sujets comme la drogue (Geek Stink Breath, Brain Stew), l’anxiété (Panic Song), l’aliénation (Westbound Sign), ainsi qu’une attaque destinée à leur ancienne scène punk qui les avait rejetés suite au « commercial » Dookie, dans la chanson 86. L’album se vend à 2 millions d’exemplaires aux États-Unis et il atteint la 2e place dans les charts grâce aux singles Geek Stink Breath, Walking Contradiction, Stuck With Me et surtout Brain Stew/Jaded. Ils utilisent une oeuvre d’art intitulée « God told Me To Skin You Alive » de Winston Smith pour la pochette de l’album et intitulent l’album d’apres une déclaration de ce même Smith. Ils annuleront ensuite soudainement une tournée de concerts en Europe pour cause de fatigue excessive, préférant se consacrer a l’écriture d’un nouvel album.

Nimrod

En 1997, leur troisième album majeur, Nimrod, sort. L’album se différencie de leurs autres albums par un important souci d’expérimentation. On y trouve en effet des éléments de ska, une chanson de surf music, un instrumental et une ballade; en plus d’autres chansons plus traditionnelles. Nimrod atteindra la 10e place dans les charts avec Hitchin’ a Ride, Redundant, Nice Guys Finish Last ainsi que la ballade Good Riddance (Time Of Your Life). Cette chanson illustre le dernier épisode de la série populaire Seinfeld visionnée par des dizaines de millions, et reste encore aujourd’hui, contestablement, la chanson de Green Day la plus connue du grand public. Mais, malgré le succès de Good Riddance (Time Of Your Life), l’album n’atteint pas le succès escompté avec seulement 2 millions de disques vendus aux États-Unis. Le groupe fait ensuite une pause pour passer du temps avec leurs nouvelles familles.

Warning et autres projets

C’est donc qu’en 2000 sort Warning. Le son de cet album dévie encore davantage de celui de Nimrod, présentant un son plutôt positif et montrant un développement dans la maturité musicale du groupe. Ceci est accueilli avec une réaction mixte des fans qui étaient habitués au son pop punk de Dookie, Insomniac et Nimrod. De même, l’album est moyennement accueilli par les critiques, recevant des 3/5 étoiles de la part de Rolling Stone, mais tout de même 4,5/5 étoiles de la part de All Music Guide. Le plus gros hit de Warning est la chanson Minority (les autres singles étant Warning, Waiting et Macy’s Day Parade) mais, bien qu’innovant, l’album n’atteint pas le statut de disque de platine aux Etats-Unis pour la première fois dans la carrière du groupe, et Warning est déclaré un fiasco commercial. Ce fossé au niveau des ventes conduit beaucoup de personnes a questionner le futur de Green Day, et un déclin en popularité s’en suit.

En 2001, Reprise sort les best-of International Superhits! et International Supervideos! regroupant les singles (International Superhits!) et les vidéos (International Supervideos!) du groupe depuis Dookie. On interprète souvent ces sorties comme une tentative de Reprise pour récussiter les ventes de Green Day et compenser l’échec commercial de Warning. Cette même année, Green Day rafle 8 Californian Music Awards pour Warning. En 2002 sort Shenanigans, un CD reprenant les faces B des singles. Durant cette période sans « vrai album », le groupe participe à des tournées dont notamment le Pop Disaster Tour avec Blink-182 qui permet de relancer un peu la popularité du groupe et obtenir des bonnes critiques de concert, un domaine ou le groupe excelle.

En 2003, alors que Green Day est en studio en train d’écrire Cigarettes And Valentines (l’album sensé succéder a Warning), les cassettes de l’album sont volées et le groupe décide de recommencer un tout nouvel opus (ce qui aboutira a American Idiot). Pendant ce temps, un groupe New Wave apparait sous le nom de The Network et enregistre l’album Money Money 2020. Ce groupe semble être Green Day, les ressemblances vocales et physiques laissent peu de doutes quant au lien Green Day/The Network.

American Idiot et la popularité retrouvée

Après le « fiasco » de Warning, la sortie du nouvel album est très attendu, le doute régnant sur la direction musicale que prendrait le groupe. Donc, en 2004, le groupe sort l’album American Idiot. Cet album est quasi-unanimement considéré comme leur plus ambitieux, puisqu’il s’agit d’un opéra rock (l’album raconte une histoire, celle du Jesus of Suburbia), qui comporte deux chansons atteignant les 9 minutes (Jesus of Suburbia, Homecoming). A travers le personnage de J.O.S. (Jesus Of Suburbia), l’album veut refléter la situation dans laquelle vivent les américains d’apres le groupe, et les sujets de l’album sont donc variés (rébellion, dépression, drogue, amour, joie, rage…). Il est aussi intéressant de noter que le groupe laisse un peu tomber ses racines punk dans des chansons plus lentes comme Boulevard Of Broken Dreams, Are We The Waiting, ou Wake Me Up When September Ends. American Idiot rencontre un vaste succès commercial (l’album vend plus de 250 000 copies dans sa première semaine) comme un album politiquement engagé contre le président des États-Unis George W. Bush, « l’american idiot ». Cet engagement politique est particulierement clair dans le premier single American Idiot, qui atteint a la 1e place des charts. Ce succès est suivi, encore mieux, par Boulevard Of Broken Dreams qui reste un record de 16 semaines a la 1e place du hit-parade; les derniers singles sont Holiday et Wake Me Up When September Ends qui atteignent respectivement la 1e et la 2e place.[30] L’album reçoit de très bonnes critiques et atteint la 1e place des charts en une semaine, ce qui permet à Green Day de redevenir un groupe de rock parmi les plus populaires et reconnus. En 2005, c’est la consécration pour le groupe qui rafle grand nombre de prix lors des cérémonies. Il gagnent 7 MTV Video Music Awards pour les chansons American Idiot et Boulevard of Broken Dreams et un Grammy Award pour le « meilleur album rock » de l’année. L’album se vendra finalement à 5 millions d’exemplaires aux Etats-Unis et presque 15 millions dans le monde, devenant l’album le plus vendu de l’année 2005.

Leur premier CD/DVD live, Bullet in a Bible sort en novembre 2005 et contient une grande partie du concert donné au Milton Keynes en Angleterre en juin de la même année, ainsi que des interviews et des scènes en backstage. En 2006, le groupe est de retour en studio mais ils continuent de gagner des prix dont notamment un 3e Grammy Award (Meilleure chanson pour Boulevard of Broken Dreams).

Période post-American Idiot

Fin 2006, Green Day collabore avec le célèbre groupe irlandais U2 pour reprendre le titre The Saints are Coming du groupe de rock écossais The Skids. Le fruit des ventes va directement à Music Rising dont le but est d’aider à la reconstruction (musicale, entre autres) de la région sinistrée par l’ouragan Katrina.

Par ailleurs, Green Day s’associe avec la NRDC (National Resources Defense Council), une organisation américaine de défense de l’environnement, pour la mise en ligne d’un site Web, Greendaynrdc.com, destiné à promouvoir la protection de la planète. Green Day interprète ensuite la chanson Working Class Hero (une reprise de la chanson de John Lennon) pour se mobiliser contre la guerre au Darfour; et aussi le générique du premier film des Simpson, dans lequel le groupe apparait.

Modification faite par jango4400 le 2 jui. 2010, 19h48m

Tous les textes fournis par les utilisateurs sur cette page tombent sous la Licence Creative Commons Attribution/Share-Alike.
Les textes peuvent aussi être régis par la Licence de documentation libre GNU.

Factbox

Composée d'infos mises en évidence dans le wiki.

Aucune information sur cet artiste

Vous voyez la version 4. Voir les anciennes versions, ou discuter de ce wiki.

Vous pouvez également consulter une liste de tous les derniers wikis modifiés.